Odradek / Pupella-Noguès

Pôle de création et développement pour les arts de la marionnette

Massimo Schuster, Théâtre de l’Arc en Terre

1) Sur quoi travaillez–vous en ce moment ?

Je suis en train de reprendre mon Roncevaux !, que j’avais arrêté il y a quelques années pour des problèmes de santé et, parallèlement, de préparer un Conte de Roncevaux, puisque depuis quelques années j’aime aussi raconter sans marionnettes.
A moyen terme il y a d’abord un long stage puis une mise en scène au Congo Brazzaville, sur un texte de Dieudonné Niangouna, un des dramaturges africains les plus intéressants.
Je prépare aussi une expo de mes photos en Israël, différente de celle que j’avais montré au dernier festival de Charleville. La photo, ça me prend de plus en plus de temps et ce n’est que du bonheur.
A part ça, il y a toujours du travail pour l’UNIMA et un autre voyage en Inde en prévision.

2) Est-ce que ça va ?

Oui, merci, ça va. C’est une décision que j’ai pris il y a longtemps et je m’y tiens.

3) Qu’est-ce qui ne va pas ?

Franchement, à part les élections présidentielles, la crise au Moyen-Orient, les otages en Colombie, les Tigres Tamouls, ma voisine du bas qui met la radio trop fort, le cholestérol, l’Irak, l’Afghanistan, 90% de l’Afrique, les travaux pour le tramway de Marseille qui n’en finissent pas (tout comme ceux pour la gare), la destruction de Pékin pour préparer les Jeux Olympiques, les politiciens qui continuent à prétendre que les Français ne sont pas racistes, les enfants des rues de Bucarest, d’Oulan-Bator, de Saõ Paulo et d’une quarantaine d’autres mégalopoles, la crétinisation galopante, les ventes d’armes françaises qui continuent, les déclarations du Pape et le bouton qui me gratte le menton sous la barbe, je ne peux pas dire qu’il y ait quelque chose qui ne va pas. Non, ça va...
Et vous ?

Maasimo Schuster, avril 2007

À voir aussi...