Odradek / Pupella-Noguès

Pôle de création et développement pour les arts de la marionnette

La Marionnette en Israël, Alain Baczinsky

Pas besoin de carbone 14 pour remonter aux origines de la marionnette en Israël, pays jeune, sans traditions théâtrales : les marionnettes sont arrivées dans les bagages de deux immigrants de Tchécoslovaquie, il y a à peine 70 ans.
Les premiers marionnettistes furent ainsi David Ben Shalom (Honzo) arrivé en Palestine en 1934 et Paul Loewy en 1939. Le premier créa une troupe itinérante en 1936, le Bubatron qui pendant les 50 années suivantes créa de nombreux spectacles basés essentiellement sur des contes populaires de la tradition d’Europe de l’Est. et en utilisant de nouvelles techniques, complexes, de marionnettes à fils.

Paul Loewy, avocat tchèque renommé, avait déjà formé sa compagnie dans son pays natal. Personnalité aux multiples talents, il sculptait les marionnettes en bois (70 cm de haut) les manipulait, écrivait la musique, construisait les décors. Dans les années cinquante, il délaissa les marionnettes pour s’orienter vers la scénographie de théâtre.

Honzo, par son enseignement à l’université de Tel Aviv créa une première génération de marionnettistes, dont Hadas Ofrat et Mario Kotliar dans les années 70. Un peu plus tard, un collectif de quatre marionnettistes de Jérusalem, dont font partie Ofrat et Kotliar, réussit à convaincre la municipalité de la nécessité d’une structure permanente ayant pour but la création de spectacles pour enfants mais aussi pour adultes. Le Train Théâtre était né, installé dans 2 wagons (français) réaménagé en salle de spectacles (90 places) ainsi que bureaux, et placés dans un grand parc du centre-ville.

Toute l’histoire de cet art en Israël va désormais être marqué par le Train Théâtre qui va également devenir la référence israélienne à l’étranger. Avec une logique implacable, le collectif parviendra à mettre en place un festival international de marionnettes de haute volée, et enfin une « Ecole de Théâtre Visuel » abritant un département marionnettes.

À côté de ce collectif, il y a près d’une centaine de petites compagnies en Israël, travaillant presque exclusivement en direction des écoles. Un autre théâtre permanent s’est depuis créé à Tel-Aviv. Plusieurs centaines de marionnettistes russes ont débarqué après l’effondrement de l’Union Soviétique, amenant avec eux un savoir faire technique, mais malheureusement pas artistique. La plupart se sont reconvertis.

Le Train Théâtre, de par sa structure, reste le lieu privilégié pour un vrai travail de création. Des spectacles comme « Louis, L’Enfant de la Nuit » et « L’Histoire de Gertrude », pour citer deux spectacles présents en Europe, n’auraient jamais vu le jour sans l’appui de cette structure. On peut donc penser que les créateurs esseulés continueront de rejoindre le Train Théâtre (et d’adopter ce nom générique utilisé pour toutes les productions faites au sein de ce collectif).

Le théâtre de marionnettes en Israël ne connaîtra de véritable développement que si d’autres pôles de création viennent faire contrepoids à ce qui paraît parfois comme un pouvoir hégémonique.

À voir aussi...