Odradek / Pupella-Noguès

Pôle de création et développement pour les arts de la marionnette

Ézéquiel Garcia Romeu, Théâtre de la Massue

1) Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

Des projets à foison. Mais là tout de suite ? Une commande ; la mise en scène de la cérémonie de clôture des jeux de la francophonie. Mais ça, c’est du savoir faire plein de paillettes et de ballons de baudruche et de protocole suranné. Mais ça m’amuse. Parlons maintenant de théâtre. J’avoue que j’aime de plus en plus le travail avec la marionnette. Exclusivement. Au point d’être obsédé par ça, comme si je venais d’en faire la découverte. Comme si la plus belle des promesses allait être tenue, maintenant, devant mes yeux. Ah, oui, c’est vrai. Mon bonheur actuel c’est de parfaire le mouvement d’un bras, la rotation d’une tête, ou le battement d’un cil. Pour mettre en œuvre mon prochain spectacle (où je serai seul sur scène avec mes marionnettes), je dessine aussi. Je cherche déjà à travers le dessin, l’incarnation du personnage, ses secrets les plus intimes en espérant que le crayon ne sera que la première étape de la révélation. Pas de titre pour l’instant mais une orientation : l’apprentissage de la vie. Spectacle muet ! Je mets déjà, tout mon savoir sur les mécanismes, les articulations, l’horlogerie de la vie.
Un autre projet, assez bien avancé, en 2014 : PATAGONIA REICH. C’est la production et la réalisation d’un film d’animation en résidence chez Folimage à Valence. Je reviens sur l’histoire de mon pays, l’Argentine, terre d’accueil de nazis et vichystes. Notamment des scientifiques, dont les puissances victorieuses n’avaient pas voulu, car pas assez compétents où trop visiblement tortionnaires…Je découvre avec cette réalisation, de nouvelles techniques de travail, de nouvelles équipes de professionnels chevronnés. C’est passionnant.
Les deux saisons qui viennent, je serai très occupé par la reprise de tournée de mon dernier spectacle, Banquet Shakespeare avec Odile Sankara, que j’avais monté au CDN d’Aubervilliers en 2012, avec la complicité de Laurent Caillon. Une très belle tournée s’annonce.
Enfin, ma compagnie vient de se joindre à un groupement d’artistes et de compagnies, l’Entre-Pont. Ce lieu pratique de nouvelles formes de gestion, en commun : accueil d’artistes en résidence, création, mise en place de laboratoires. Beau projet, avec des personnes bien vivantes et créatives.

2 ) est-ce que ça va ?

Ben oui. Depuis que le parlement français a voté la nouvelle loi d’orientation, avec 1500 heures obligatoires par année scolaire pour faire de la marionnette. C’est génial. Ça ouvre beaucoup d’espérance. Ça tranquillise les profs. Ça prépare l’avenir, et puis on pourra absorber le chômage endémique qui mine notre pays. Par ailleurs, notre métier est enfin reconnu à sa juste valeur.

3) Qu’est-ce qui ne va pas ?

On devrait virer David Pujadas du journal de 20h. Trop lèche bottes. Il semble avoir de gros appuis pour tenir le changement de pouvoir. On devrait aussi, enfin, pouvoir vendre du maïs transgénique, ou du soja, pour favoriser des fortunes personnelles afin que par la suite, elles viennent nous sponsoriser les spectacles. Comme ça, on vire le ministère de la culture et les subventions pour faire plus d’économies.

À voir aussi...